La vie sauvage des Atuas domestiques

Dijon_latelier_accrochage_2017
Dijon_latelier_accrochage_2017

Des atuas domestiques qui vivent leur vie, portes ouvertes à L’Atelier [processus d’altération, processus de création] de Françoise Le Corre, Dijon, 9-10-11 Juin 2017 –

Invitation Dijon L'Atelier
Invitation Dijon L’Atelier

– Plus sur les Atuas domestiques

Avant les élections dans Le Télégramme

Quelle personnalité télé ferait un bon prédident, Le Télégramme, Dim 30 Avril 2017
Le Télégramme, Dim 30 Avril 2017

— Eueuh!.. Ch’ais pas, eueuh!… Hanouna M’sieur ?

— C’est très bien ! Et ministre de la Culture ?…

— Euh!… Euh!… Nicolas de Villiers*, M’sieur !

— C’est très bien mon petit. Avec eux, nous sommes certains d’avoir,  enfin, une culture populaire…

* Directeur du Puy du Fou, fils de Philippe

Pinture et recouvrement

 

Sur la façade du Quartier, centre d’art contemporain désormais fermé selon les voeux de la Mairie, la signalétique a logiquement été voilée. Avec justesse, en noir caviardage, pour que la rature soit manifeste. En blanc, c’eût été l’amnésie.
Tiens tiens ce voile est en voie de recouvrement accéléré par des … grafs.
Avec du multicolore et des images, ce sera plus gai ? On pensera à aut’chose ?
————-
A titre de comparaison une sorte de voile de ciment brut du même type, involontaire, masquant sans doute une réparation, formait un beau nuage poétique avec un peu de pluie, à commenter par François Cheng, et est resté intouché plus d’une décennie, sur le pignon à l’Est de la médiathèque (à gauche de l’entrée), visible de face à droite sur un trajet depuis la rue de Douarnenez vers la rivière. Il est vrai qu’il était plus difficile à atteindre, logiquement situé à plusieurs mètres de hauteur. On ne le voit plus depuis la construction de médiathèque.
image de l'endroit sur le fb de Pascal Pérennec
image du graf de tapis volant sur solitudemonamour 

Amar Kanwar

Amar Kanwar
Amar Kanwar

Amar Kanwar est un artiste indien exposé au Frac Pays de Loire cet été (à Carquefou; par ailleurs Galerie Marian Goodman). Il dénonce la dictature birmane par des faits plutôt quotidiens et humbles, dans un langage patient, qui n’évacue pas sa sensibilité de témoin, d’humain, d’auteur, d’artiste, et la lenteur nécessaire de la vie réelle.
Il utilise la video ou le livre, ou l’un ou l’autre, avec la même logique. Un exemple de l’art faisant ce que l’infotainment ne fait pas – et ne peut sans doute pas faire. Belle leçon de sobriété.

Amar Kanwar
Amar Kanwar