Pluie colorée de Pauline Burguin

Vidéo de Pauline Burguin: Les couleurs de la pluie à voir sur son site.

impluvium 2016
impluvium 2016

Avant sa disparition, le Quartier-centre d’art, lieu d’exposition d’artistes encore vivants a lancé un projet consacré à sa longue collaboration avec l’atelier douarneniste « protégé » de sérigraphie Kan ar mor, actif depuis une trentaine d’années, bientôt transformé en blanchisserie industrielle pour des motifs de rentabilité.

Dans le cadre de ce projet j’ai pu faire une sérigraphie. Le film de Pauline BURGUIN est une POM (petite œuvre multimedia) sur le sujet.

Quimper, enterrement du Quartier, silence de plomb


Vidéo cotequimper.fr
Le Maire et son conseil ont refusé jeudi soir de retarder la fermeture du centre d’art. Ce voeu était exprimé par l’opposition, suivi par des dissidents de son propre camp, soutenu par presque 6000 signataires de la pétition, et par les manifestants présents entrés dans la salle du conseil.

On n’a cette fois encore entendu aucun argument respectable pour décider la fermeture d’un centre d’art, si ce n’est l’argument financier, à la mode, vague, valable pour tout et n’importe quoi, et qui n’a rien de spécifique. Une baisse équitablement répartie aurait embêté tout le monde, mais n’aurait pu couvrir de liquidations politiques.

A défaut, quelques laborieux de la majorité ont “noyé le poisson”, psalmodiant des chiffres et des listes d’établissements culturels à disposition (comme si c’était un problème de quantité…) qui démontrent l’approche « meta » de gens qui administrent les autres sans connaissance ni intérêt du terrain qu’ils décrivent ou du matériau qu’ils traitent. Justifications insuffisantes et qui répondent à côté, délibérément. Cette condescendance des intervenants* est résumée par le Maire: “La fête est finie.”*

Comme si fête il y avait eu… Fausse justification tirée de “La cigale et la fourmi”, à destination d’un parterre sans doute attardé, qualifié il y a quelques mois par l’adjoint à la culture de “soixante-huitards égocentrés”. Culture = hippies : c’est la conception qu’ils en ont.

Cette déprimante histoire aura démontré que dans notre gros bourg, on peut fermer un lieu de culture sans justifier le choix de fermer un lieu de culture. Et jeter au passage neuf petits salaires à la rue, “vae victis”, sans qu’une véritable raison leur soit donnée, pas plus qu’à quiconque, sans que le non-dit ne soit levé.
Dans ce domaine d’autres ont fait plus fort: brûler directement des bibliothèques.

* Éternel folklore de la droite : sûrs d’incarner le redressement vertueux d’un monde livré à la décadence, ces méritants n’ont pas peur d’imposer leur ordre avec justifications comptables – en tout arbitraire, sans raison.

Museumrandom à Rennes

Portes ouvertes dans les ateliers d’artistes Rennes 2015 à l’atelier de André Le Moënner qui invitait Pol Guezennec. De gauche à droite sur la photo, le “Lièvre de Marx” (A.L.M), la projection “Museumrandom” (P.G), “Master & servant” (A.L.M).

En 2012, Pol Guezennec et André Le Moënner imaginaient un programme qui débarrasserait les œuvres de leur contexte et les confronterait physiquement “bord à bord”. C’est Museum random, ou le “musée aléatoire” sous forme d’une projection.
Pour André Le Moënner, après une longue pratique du dessin, débute en 2011 un travail de sculpture. Le dispositif choisi s’apparente au diorama. Les “scènes” en volume traitées en clair-obscur renvoient métaphoriquement à un état du monde chaotique en constante mutation.